La Délicatesse De David Foenkinos

Date

mer 03 juillet 21h30

jeu 04 juillet 21h30

ven 05 juillet 21h30

Lieu

La Romanerie,
Saint-Barthélemy-d’Anjou

Heure

1h15

tarif

10 à 32€

Réserver le spectacle Réserver

Metteur en scène

Thierry Surace

Distribution

D’après La Délicatesse de David Foenkinos
Adaptation et mise en scène Thierry Surace
Avec Jean Franco (Molière 2020 du Comédien dans un second rôle masculin), Sélène Assaf, Jérôme Schoof
Scénographie Bastien Forestier
Costumes Chouchane Abello Tcherpachian
Musique Julien Gelas (création originale)

Production A Mon Tour Prod, Compagnie Miranda, Pierrick
Soutiens Conseil régional SUD PACA, Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Ville de Nice
Crédits photos Fabienne Rappenneau

Résumé

Au départ… C’est une histoire d’amour « évidente » : Nathalie et François sont heureux, ils s’aiment. Ils ont la vie devant eux.
Mais, un jour, François décède brutalement dans un accident. Comme on se perd soi-même après un drame, s’en suit pour Nathalie une longue traversée du désert. Son coeur devient une forteresse, sa vie une routine sans âme. Elle va devoir réapprendre à vivre, presque malgré elle.
À la fin… C’est une rencontre improbable, avec Markus, un homme simple, délicat mais bien loin des canons de beauté. Une nouvelle histoire commence, un amour qui ne cherche plus un idéal et accepte la vie avec ses cicatrices… pour inventer le bonheur, avec délicatesse.
Un texte rare, léger et spirituel, profondément humain. Une caresse, un murmure, une notice presque invisible, pour apprendre à vivre.

 

Nommé aux Molières 2023 du Comédien dans un spectacle de théâtre privé (Jean Franco)

Note d'intention

« Le deuil
L’idéal. C’est l’image qu’on se fait d’une vie « parfaite ». Mais ce n’est qu’une image. Et quand on croit atteindre cet idéal, on ne peut que le perdre. On ne peut le vivre intensément ou simplement, parce qu’on ne vit pas une « idée ».
Le bonheur
En s’ouvrant à la vie, en l’acceptant avec sa laideur même, on se trouve soi-même, non plus en opposition mais en affirmation évidente, et on peut trouver, au bout, un bonheur qui se vit.
Pas de lieu fixe
L’image a un rôle déterminant. Comme un album de souvenirs qui se projettent sur le décor et nous évoquent nos histoires vécues. La madeleine rappelle à Proust son enfance, une photo de pluie rappelle à Nathalie, son mariage heureux.
La mise en scène doit rester, comme l’indique toute la thématique éponyme, une vraie construction en délicatesse.
Mais, même si l’infrastructure de l’histoire est tragique, le ton, le talent de l’auteur avec ses phrases ciselées, la personnalité attachante des personnages, tout cela nous entraine dans une comédie romantique, drôle, touchante, presque trop évidente… Mais la vie n’est qu’une évidence… »

Toute la programmation