• mardi 26 juin • 20H00
    Théâtre Bouvet Ladubay, St Hilaire - St Florent

MADAME MARGUERITE

De Roberto Athayde

Mise En Scène Anne Bouvier – Avec Stéphanie Bataille – Lumières Denis Koransky – Costumes Elisabeth Tavernier – Décors Emmanuel Charles

Durée : 1h  – à partir de 12 ans

 

LA PIÈCE

Institutrice de CM2 atypique, Madame Marguerite se sent investie d’une mission vitale : vous apprendre l’essentiel de l’existence.

Vous prenez place dans la salle de classe de cette femme généreuse, déterminée et parfois un peu folle. Son cours est complètement baroque, tour à tour absurde, tragique, cynique et comique.

Vous n’avez pas le temps de vous remettre de vos émotions tant Madame Marguerite vous fait rebondir d’une pensée à l’autre.

Bienvenue dans le monde poétique, vertigineux et drôle de Madame Marguerite.

 

NOTE D’INTENTION

Stéphanie et moi-même avions envie d’un personnage fort, d’une figure féminine qui ait un propos qui puisse avoir un écho aujourd’hui. J’ai contacté l’auteur qui nous a immédiatement fait confiance. « Faites le bien, c’est la seule façon d’être heureux » – « C’est avec des livres qu’on construit une nation ». Pour nous, ces deux phrases de la pièce reflètent l’essentiel de ce que nous voulons mettre en avant. En d’autres termes : agissons bien et en conscience, non par peur ou par calcul, c’est le seul moyen de vivre en harmonie. Et donnons une priorité absolue à l’éducation : quoi de plus fondamental de nos jours… Le rôle de Madame Marguerite est un exceptionnel défi pour une comédienne, tant le texte est riche en émotions et en ruptures. Il est à la fois déstabilisant, bouleversant, puissant et inattendu : un rôle à la mesure de Stéphanie Bataille aujourd’hui dans son harmonie et son engagement en tant que femme et comédienne.

 

CE QU’EN DIT LA PRESSE

« Devant Madame Marguerite, qui leur lance des regards culpabilisants, les spectateurs se retrouvent d’emblée dans la peau des élèves qu’ils furent jadis. (…) Stéphanie Bataille, dans ce rôle d’une complexité folle, est remarquable. » Le canard enchainé

« Sous ses aspects à la limite de l’absurde, ce monologue très fin affirme que rien ne compte plus dans la vie que le bonheur. Créé par Annie Girardot, il est assumé avec superbe par Stéphanie Bataille. Une relève digne de l’original. » Joëlle Gayot – La Vie