• lundi 18 juin • 21H30
    Cloître Toussaint, Angers
  • mardi 19 juin • 21H30
    Cloître Toussaint, Angers
  • mercredi 20 juin • 21H30
    Cloître Toussaint, Angers
  • samedi 23 juin • 20H30
    Théâtre Saint-Louis, Cholet
  • jeudi 28 juin • 20H30
    Le Dôme, Saumur

LE CANARD À L’ORANGE

De William Douglas Home

Adaptation Marc-Gilbert Sauvajon – Mise en scène Nicolas Briançon – Avec Nicolas Briançon, Anne Charrier, Sophie Artur, Alice Dufour, François Vincentelli – Directeur de production Pierre-Alain Leleu – Assistant mise en scène Pierre-Alain Leleu – Décors Jean Haas – Assistant décorateur Bastien Forestier – Costumes Michel Dussarat – Assistante costumes Aimée Blanc – Perruques et maquillages Michèle Bernet – Lumière Franck Brillet – Musique Gérard Daguerre – Régisseurs sur la tournée Jean-Luc Bonchaud et Franck Brillet

CRÉATION DU FESTIVAL D’ANJOU

Une production du Festival d’Anjou, du Théâtre de Paris et de la compagnie Nicolas Briançon

Durée : 1h30 – à partir de 12 ans

 

SPECTACLE COMPLET À ANGERS ET SAUMUR

Il reste des places pour la représentation du samedi 23 juin à Cholet avec la mise à disposition d’une navette gratuite au départ d’Angers, sur réservation au guichet du Grand Théâtre d’Angers.

LA PIÈCE

Hugh Preston est un animateur-vedette de télévision, marié depuis 15 ans à Liz qu’il trompe avec de nombreuses maîtresses. Un vendredi soir, Hug à sa femme qu’il sait qu’elle a un amant. Au pied du mur, elle avoue alors à Hugh sa liaison avec un homme avec qui elle compte partir le dimanche matin suivant.

Hugh offre à sa femme de prendre les torts à sa charge, et de se faire prendre en flagrant délit d’adultère au domicile conjugal avec sa secrétaire, et invite l’amant à passer le week-end à la maison afin de régler les questions du divorce. Liz refuse cette proposition qu’elle juge incongrue. Mais lorsque Hugh lui avoue qu’il lui a tendu un piège et qu’il ne savait rien de sa liaison avec Brownlow, Liz, piquée au vif, accepte pour montrer à Hugh à quel point son amant est mieux que lui.

Voici donc Liz (la femme), Hugh (le mari), John (l’amant), Patricia (la secrétaire de Hugh), plus Mme Grey (la gouvernante) et un canard récalcitrant, réunis pour un week-end au cours duquel Hugh, en joueur d’échecs qu’il est, va tout faire pour reconquérir sa reine.

 

 

NOTE D’INTENTION

Monter le Canard à l’orange de William Douglas Home dans la merveilleuse adaptation de Marc Gilbert Sauvajon, c’est tenter de renouer avec ce que la comédie de boulevard peut avoir de plus étincelant, de plus joyeux, de plus brillant. C’est plonger le spectateur dans un feu d’artifice d’esprit et de drôlerie. Nous rêvons tous de récupérer un jour l’être que nous aimons et qui s’éloigne. Mais qui pourrait le faire avec autant de jubilation que Hugh Preston ?  Avec des délicatesses et des subtilités infinies, Home et Sauvajon nous entrainent dans un tourbillon étourdissant auquel je rêve de rendre justice. Nous avons hâte de nous mettre au travail.

Nicolas Briançon

 

L’audiodescription permet de rendre le spectacle accessible aux personnes mal ou non voyantes. Elle est transmise via des casques individuels. Ce procédé est proposé sur les représentations du mercredi 20 juin et du jeudi 28 juin grâce au partenariat du groupe Allianz et de l’Association de Prévoyance Santé.